English   |   Español
  
La République démocratique du Congo a connu des décennies de négligences des services sociaux et (plus d'une decennia) de conflit armé. Cette situation a conduit à une crise de santé publique qui continue de menacer la vie de milliers d'enfants et de leurs familles. Selon le rapport de l'UNICEF du monde 2010 :,
  • La République démocratique du Congo a le taux le plus élevé du monde de mortalité des enfants de moins de cinq ans.
  • La malnutrition est la cause de tous les décès d'enfants de moins de cinq ans.
  • Plus de 25 millions d'enfants, soit l'équivalent de 39% de la population n'a pas accès aux besoins fondamentaux.
  • La pauvreté qui affecte 77 % des enfants est causée par l'inégalité sociale et les disparités géographiques dans l'accès des ressources essentielles et les services sociaux. Elle est aussi provoquée par le résultat de conflits armés et l'instabilité sociale et politique qui se passe en RD Congo pour les quinze dernières années.
  • Selon les perspectives économiques en Afrique publiée par l’Organisation de Coopération et Developpement Economique, le taux de mortalité infantile qui est de 128 pour 1 000 naissances, est l’un des plus élevés au monde. Seuls 61 pour cent des accouchements sont médicalement assistés, mais les disparités régionales sont énormes et en moyenne, le taux de mortalité maternelle est de 1 289 femmes sur 100 000. Un enfant sur 10 est orphelin
  • Le taux de mortalité infantile est passé de 125 pour mille en 1990 à 170 pour mille en 2000, le taux de mortalité maternelle de 800 décès pour 100 000 naissances vivantes en 1990 à 2 000 décès pour 100 000 naissances actuellement.
  • L’espérance de vie était de 42 ans en 2002 contre une moyenne africaine de 51 ans. Près de la moitié de la population est âgée de moins de 15 ans, une situation qui crée d’énormes besoins en termes d’éducation et de santé pour les jeunes. Or, l’accès aux services de santé de base est inférieur à 26 pour cent.
  • Le taux de scolarisation est de 52 pour cent...La scolarisation primaire a diminué à cause de l’isolement des régions, de l’incapacité croissante des parents à payer les frais scolaires, du manque d’entretien des infrastructures, du manque de manuels scolaires et de la baisse de la qualité de l’instruction. Les instituteurs perçoivent un salaire de moins de 20 dollars par mois [23]. Le taux d’alphabétisation est actuellement de 68.1 pour cent. Près d’un enfant congolais sur deux ne va pas à l’école primaire, dont 30 pour cent à cause des problèmes liés aux frais scolaires.
  • À cela s’ajoutent la mauvaise qualité de l’enseignement, les taux de redoublement très élevés et la condition difficile des enseignants [24]. Selon les chiffres d’Amnesty International, seulement 29 pour cent des enfants iraient jusqu’au bout de l’école primaire et 4.7 millions de jeunes enfants (2.5 millions de filles) ne seraient pas scolarisés [25].


Designed & Powered by Toronto Web Development Company, Irena Software Inc.